Shop Mobile More Submit  Join Login
About Deviant Marie-Ève BouchardFemale/Canada Recent Activity
Deviant for 3 Years
Needs Core Membership
Statistics 30 Deviations 382 Comments 4,160 Pageviews
×

Newest Deviations

Extrait de contenu sur mon site Web :iconmaivecl:MaiveCL 0 0 Une pub pour VOTRE Deviant Art a 50% de rabais :iconmaivecl:MaiveCL 0 0
Literature
LA PAIX !
Vils vautours qui vous vautrez de ma misère
Et vous plaignez sans cesse de ma colère
Que votre avarice péché mortel vous brûle
Lâchez-moi ! Laissez-moi ! Êtres sans scrupules !
Liberté ! Dont je me languis, dont je crie !
Mon esprit éclate, éclaboussant l’infini
Je sors de l’ombre, de ma coque d’argile
En rage contre de nombreuses forces imbéciles
Que le tambour infernal des anges de justices
Guide mes féroces défenses contre la malice
Qui entortille mon âme et mon coeur en force
Tel une puissante armure d’écorce
Voyez ! Vils vautours qui vous sur vautrez
Que seulement de vous-même vous vous plaignez
Que vous ne pouvez ainsi affamer un animal
Sans qu’il ne vire un jour futur, en cannibale
Par 
:iconMaiveCL:MaiveCL
:iconmaivecl:MaiveCL 0 4
Literature
L'eveil du gouffre

Détails et synopsis

Titre : — Maive — L'éveil du gouffre
Quatrième roman de la série : La Terre des Trois, version intégrale et non-censurée (lectures antérieures facultatives pour comprendre l'histoire)
Synopsis de la série
Au-delà des confins de l'univers, se cache une mystérieuse terre épique où de puissants esprits humanoïdes ont aménagé leur propre monde afin d’y devenir des dieux.
Synopsis du roman
Suite à une incarnation peu orthodoxe et de nombreux voyages sur cette Terre des Trois, Maive, une barde humaine fraîchement diplômée de l'université de la Race Élite, entre chez elle après cinq années d'exil. Cette route la mène d'abord aux limites d'une seigneurie nouvelle dirigée par un certain Einon, don
:iconMaiveCL:MaiveCL
:iconmaivecl:MaiveCL 0 0
Literature
Bienvenue sur la Terre des Trois - Chapitre 1
Auteur - Maive - Créations Littéraires
(appelation pour l’univers thématique conçue par Marie-Ève Bouchard)
Titre - Maive - Bienvenue sur la Terre des Trois
Premier roman de la série : La Terre des Trois, version complète
Synopsis de la série - Au-delà des confins de l’univers, se cache une terre épique mystérieuse où de puissants esprits humanoïdes ont aménagé leur propre vision du monde afin d’y agir en Dieux.
Synopsis du roman - Maive, une femme athée, sensuelle et artiste dans l'âme venant d'un autre monde, se réveillera bientôt parmi des gens stimulants, mais effrayants. Redoutant sa mémoire fragmentée et la raison pour laquelle elle y fût amenée, elle tentera de découvrir chacun des secrets cet endroit qu’elle juge hostile et pervers, sans pour autant réussir à esquiver la totalité des consé
:iconMaiveCL:MaiveCL
:iconmaivecl:MaiveCL 0 0
Design des titres de chapitre :iconmaivecl:MaiveCL 1 0 UNE SECTION, QUATRES OBJECTIFS :iconmaivecl:MaiveCL 0 0 Logo Parrecrivains :iconmaivecl:MaiveCL 0 0 Poetic-Posters_Affiches-Poetiques :iconmaivecl:MaiveCL 1 0 Adolescence/teenage :iconmaivecl:MaiveCL 2 2 Interface musical pour DVD Educatif :iconmaivecl:MaiveCL 1 0 SuivanteKatrina :iconmaivecl:MaiveCL 0 0 OeilCyn :iconmaivecl:MaiveCL 1 8 Arbre :iconmaivecl:MaiveCL 0 0 Dague en mousse :iconmaivecl:MaiveCL 0 0 CharWallpaper :iconmaivecl:MaiveCL 0 0

Critiques


Tout dans la photo semble méticuleusement et mathématiquement calculé, partons de haut en bas... (En fait j'aurais recadré le haut au d...

Random Favourites

dress Illicens, Somnia Romantica by M. Turin :iconsomniaromantica:SomniaRomantica 245 8 Haunted House :icontomprante:TomPrante 627 33 CM-Swords-1824 :iconarchangelsteelcrafts:ArchangelSteelcrafts 357 21 Christian's stuff 2010 017 :iconarchangelsteelcrafts:ArchangelSteelcrafts 39 1 CM-Swords-1885 :iconarchangelsteelcrafts:ArchangelSteelcrafts 27 1 Lestat - Portrait :iconcarancerth:Carancerth 166 29 Black + Red Stripe Set :iconannaladymoon:annaladymoon 56 5 Capelet Issoire black red, by Somnia Romantica :iconsomniaromantica:SomniaRomantica 182 6 Diana :iconcorsuse:corsuse 933 67 Lestat and Galya Key of Dreams :iconcarancerth:Carancerth 143 17 Leela :iconsakimichan:sakimichan 11,428 457 Prehistorical Costume inspired by Otzi the Iceman :iconcarancerth:Carancerth 105 42 Prehistorical Quiver and Arrows - Rahan :iconcarancerth:Carancerth 123 26 Top Korinthe, Somnia Romantica by M. Turin :iconsomniaromantica:SomniaRomantica 318 12 Shirt ivory lace, Somnia Romantica by M. Turin :iconsomniaromantica:SomniaRomantica 131 6 Bustle skirt white lace, by Somnia Romantica :iconsomniaromantica:SomniaRomantica 140 2
Je cherche des auteurs de la relève pour rejoindre un site Web d'entraide littéraire.

Si tu le souhaite, je t'ajouterai sur la liste des écrivains qui seront intégrés avant la fin de la programmation des fonctions d'autopublication et tu pourras recevoir des dons, vendre ton contenu ou autre. Le projet est vraiment axé sur les besoins des auteurs.

Tu peux te promener sur mon profil pour plus de détail ou visiter le site en question : www.parrecrivains.com/

www.parrecrivains.com

Tous les auteurs sont bienvenus sur ce site Web d'aide à la relève littéraire, à condition qu'ils soient honnêtes et respectueux.

Le site parrecrivains sert à assembler les auteurs et lecteurs afin de corriger la plupart des lacunes actuelles de l'édition. Le projet est progressif, les “profits” financeront toujours la programmation des options futures.

Je n'espère aucun profit personnel, j'ai créé le site dans l'objectif de financer de meilleurs outils pour écrivains, car je souhaite les utiliser aussi. L'auteur reçoit 45% sans avoir à investir d'argent, ce qui est plus avantageux que les autres sites web de vente. Mes propres textes sont pour l'instant à 100% dédiés au financement du site, et lorsqu'il sera bien établi, je me situerai au même pourcentage que les autres.

Seul, chaque auteur  ne peut régler les problèmes tel que celui de devoir débourser de l'argent pour imprimer des textes à envoyer par colis à 20 éditeurs dans l'espoir d'avoir une réponse 6 mois plus tard... Mais en groupe, nous pouvons faire évoluer le système de sélection des auteurs. De plus, quand les écrivains sont refusés, ils ont souvent recours à un service d'édition coûteux et/ou au sociofinancement. Ensuite ils doivent trouver un correcteur, illustrateur, parfois un traducteur et faire la distribution eux-mêmes. Sur le site parrecrivains, je souhaite que l'on puisse tout trouver au même endroit en travaillant ensemble pour tout regrouper.

La première étape est de relier les écrivains et les lecteurs, pour attirer les intervenants du monde de l'édition vers les moyens d'avenir. Le projet n'est pas "à moi",  il est a ceux qui l'utilisent, je suis seulement celle qui avait le temps de faire la recherche et les plans. En bref, les mots clefs sont rassemblement, prévente, sociofinancement, entraide, implication du public.

Pour l'instant, je dois ajouter chaque texte dans le code à la main. La programmation des options d'autopublication avancera plus vite lorsque je pourrai couvrir les dépenses de travail de mon programmeur.

J'espère avoir bien répondu à vos questions. J'essaie d'être le plus disponible que possible pour ajouter du contenu au site. Bien entendu, plus le contenu est bien préparé, plus je peux l'ajouter rapidement. Voici donc un document aidant les auteurs à préparer leurs oeuvres pour qu’elles soient plus faciles à intégrer d'ici la programmation des fonctions automatisées.
"Devenir Barde, requiert de maîtriser le potentiel "magique" de la science du son... Un pouvoir impressionnant, même à nos propres yeux d'artistes. Les paysans face à moi, de braves gens... de pauvres travailleurs acharnés craignant le courroux des gardes locaux davantage que la famine. Ils s'opposèrent à mes chansons, par peur de provoquer la colère de leur seigneur, mais ils besognent devant moi, leur faux à ramassette sous le blé paraissant aussi légère que le coeur de jeunes amoureux. La portée de leur fardeau n'est plus que l'ombre des lignes suivant la clef du sol fertile de leur terre."

Mon roman est disponible sur un site Web destiné à soutenir le travail des écrivains via la programmation d'outils informatiques ainsi que le  sociofinancement par prévente, parrainage et commandites.

parrecrivains.com
Contrairement à Kickstarter, ce site profite à 100% aux écrivains, car la propriétaire est une auteure désirant principalement créer, partager et utiliser les outils informatiques dont elle a élaboré les plans. Il fournira aussi du contenu aux lecteurs, éditeurs et étudiants.

Aidez un écrivain dans son processus de publication en ajoutant un lien vers votre page DA sous la description d'un de ses projets littéraires pour la moitié du prix courant. (Consultez des projets pour en choisir 1 et cliquez sur son titre pour afficher sa fiche complète, c'est là que se situera votre lien.)
Ou Commanditez la plateforme Parrains d'écrivains pour aider tous les écrivains uniformément en finançant la programmation des options tel que la création de comptes utilisateurs permettant aux écrivains de publier leurs propre textes (pour vente ou financement) sans intermédiaire.

Sachez que si vous payez de l'impôts sur vos revenus en lien avec votre compte Deviant Art (par exemple si vous vendez des vêtements), votre contribution, considérée comme une publicité, sera déductible de vos impôts en fonction des lois dans votre pays.

Pour obtenir votre rabais, contactez-moi car nous n'avons pas encore programmé de codes rabais, j'ajouterai le lien vers votre DA et vous enverrez les fonds via paypal après avoir vu votre lien ajouté au site.

Vous pouvez aussi orienter la publicité vers un tout autre endroit, mais vous n'obtiendrai pas le rabais DA, cela dit, vous aiderez deux fois mieux les écrivains car tout l'argent circulant sur le site Web sera utilisé pour les aider d'une façon ou d'une autre. Il est aussi possible d'acheter des œuvres littéraires numériques, mais encore là il n'y a pas de rabais DA.

www.parrecrivains.com/

Donate

MaiveCL has started a donation pool!
1,000 / 2,000
Pour promouvoir le projet www.parrecrivains.com/ et ainsi aider à son financement par la vente des romans qui y sont publiés.

You must be logged in to donate.
  • Anonymous
    Anonymous Deviant
    Donated Dec 30, 2015, 10:51:27 AM
    900
  • :iconhyneige:
    hyneige
    Donated Dec 24, 2015, 12:59:02 PM
    100

deviantID

MaiveCL's Profile Picture
MaiveCL
Marie-Ève Bouchard
Canada
www.parrecrivains.com/

L'IMPACTE D'UN PARRAIN
Lorsque vous parrainez un auteur sur www.parrecrivains.com, vous achetez le droit de lire et de commenter toutes ses oeuvres en marge de texte, parfois même en primeur avant la fin de la rédaction. Votre passe-temps prend donc une dimension plus vaste qu'une simple lecture.

OBJECTIFS DU SITE WEB
Les écrivains, correcteurs, illustrateurs et traducteurs pourront travailler à partir de leur domicile en se connectant à un compte sécurisé pour entre-autre choisir des contrats en salaire fixes ou en pourcentage (facilitant l'intégration de la relève). Chacun d'eux pourront aussi travailler simultannément sur un même document.

Les novices pourront aussi profiter de la communauté de lecteurs à différents niveaux. D'abord il y aurra financement participatif, puis une fonction de prévente permettant entre-autre à des bétas-lecteurs de "voter" pour des fautes... Les meilleurs "votes" seront envoyés à une correctrice engagée par la plateforme qui confirmera ou informera les cas reçus. Les votes des bétas-lecteurs ayant un taux d'exactitude élevé auront plus de poids que ceux ayant un faible taux de réussite.

Nous prévoyons fournir un système permettant aux gens de commander des publications papier qui seront imprimées à l'unité directement dans leur ville. Ce système permettra la réduction du transport et du gaspillage lié à l'impression et la distribution de masse. Au sujet des librairies, nous prévoyons les impliquer en leur permettant d'être des points de ventes où les gens peuvent payer les services de la plateforme en personne et passer des commandes imprimés.
Interests

Activity


Maive by MaiveCLEinon by MaiveCL






Détails et synopsis

Titre : — Maive — L'éveil du gouffre
Quatrième roman de la série : La Terre des Trois, version intégrale et non-censurée (lectures antérieures facultatives pour comprendre l'histoire)

Synopsis de la série
Au-delà des confins de l'univers, se cache une mystérieuse terre épique où de puissants esprits humanoïdes ont aménagé leur propre monde afin d’y devenir des dieux.


Synopsis du roman
Suite à une incarnation peu orthodoxe et de nombreux voyages sur cette Terre des Trois, Maive, une barde humaine fraîchement diplômée de l'université de la Race Élite, entre chez elle après cinq années d'exil. Cette route la mène d'abord aux limites d'une seigneurie nouvelle dirigée par un certain Einon, dont les rumeurs de pouvoirs et de malveillance surpassent la logique. Croyant avoir terminé son investigation quant aux mystères de ce monde étrange, Maive se gave de l'insouciance et la naïveté de ses bonnes intentions en y propageant son art librement, repas qui ne restera pas sans conséquence... Dès son retour, elle finira vite, malgré elle, impliquée dans les complots qui se trament concernant le trône. 


Chapitre 1 — Concert interrompu

Devenir Barde requiert avant tout de maîtriser le potentiel "magique" de la science du son ... Un pouvoir impressionnant, même à nos propres yeux d'artistes. Les paysans face à moi, de braves gens, de pauvres travailleurs acharnés craignant le courroux des gardes locaux davantage que la famine. Ils s'opposèrent à mes chansons, par peur de provoquer la colère de leur seigneur, mais ils besognent devant moi, leur faux à ramassette sous le blé paraissant aussi légère que le coeur de deux jeunes amoureux. La portée de leur fardeau n'est plus que l'ombre des lignes suivant la clef du sol fertile de leur terre. Une phrase poétique qui perd tout son sens si l'on ne connaît pas la musique. Mais dans les faits, mon art les empêchera de mourir de faim. Moi-même, depuis des heures chantant au soleil sur cette glèbe, je devrais être épuisée et pourtant non. Je me sens emplie des énergies de la faune et de la flore, car ma mélodie relie l'existence en un seul tout.

Qu'est-ce qui se passe ? Des bruits me ramènent sur la Terre des Trois. Des craquements, ainsi qu'un sifflement étrange se rapprochent... Mon tympan ! Je n'entends plus rien, une cacophonie m'a frôlé l'oreille et ma main s'y est déplacée par réflexe. Appuyons légèrement pour calmer le bourdonnement. Les paysans ont cessé leur besogne, ils semblent figés au coeur du temps, ou effrayés... Une flèche est plantée au sol et des rires mesquins s'émancipent derrière mon dos. Mon souffle s'est coupé, réalisant avant moi que cette pointe était à un cheveu près de mettre fin à mon audition ou à ma vie. Ma peau s'est couverte des vibrations de la peur qui se multiplient sous la tutelle des regards terrifiés des habitants de cette seigneurie.

Inutile de me retourner pour conclure que la garde locale se dresse derrière moi et, bien que j'aie déjà affronté de plus grands maux, il faut avouer que mes ruisseaux sanguins coulent à flots. En fermant les yeux et respirant profondément, je dénouerai les cordes vocales nécessaires à ma défense en attendant qu’ils m’agressent de leurs lois débilitantes.
    — Magistère, sans vouloir vous offenser, vous ne lui avez arraché que quelques cheveux, elle demeure encore debout, laissez-moi vous montrer comment l'on embroche une tête de Barde de l'endroit d'où je viens.
    — Non, idiot ! Je désirais acquérir son attention, la cible ne se révèle pas toujours l'objectif du tir.

Magistère ? Et cette voix multiplie ma chair de poule sans que je sache si ce sont les propos auxquels elle riposte ou sa tonalité qui me provoque une telle réaction. Je ne me sens point prête à parler, continuons ces lentes inspirations jusqu'à ce que l'on me lance directement la réplique.
    — Et vous l'artiste, restez immobile, au risque d'influencer la trajectoire de la seconde flèche que j'ai promptement préparée... Cela fait bien cinq minutes que nous attendons que mes putrides paysans et vous remarquiez notre présence. Pas un seul d’entre vous ne nous as vu, c’est extrêmement vexant.

Je ne suis pas prête ! Mais je n'ai d'autre option que de répondre, essayons de cacher cette hyperémotivité mal maîtrisée.
    — Je... hum... Pardonnez-les, Chevalier, le registre musical que j'ai choisi était spécialement... hum, sélectionné... afin de... créer une sorte de... transe rythmique... optimisant la souplesse des mouvements et la fréquence de respiration.
    — Gardes ! Arrêtez ces rotures pour divertissement illégal. Et vous Barde, pour votre gouverne et votre salut, notez bien que je suis le seigneur de cet immense domaine et non l'un de smes subalternes.
    — Messire, je jure que ces bonnes gens demeurent irrépréhensibles, je leur ai imposé mes chants. Ils n'étaient pas pour abandonner leurs récoltes afin d'éviter ma voix à tout prix.
    — Un instant Messieurs... retardez la descente de vos montures.
    — Mademoiselle La Barde, mes dégoûtants sujets ne vous ont-ils point mentionné le permis nécessaire pour se distraire ?
    — Certes, j'ai donc employé un répertoire non destiné au loisir.


Un deuxième sifflement ! Une deuxième flèche ! Heureusement plantée au sol... Je sens cette seconde oreille se mouiller, elle saigne ! J'ai les jambes molles, je succombe à l'attraction de cette terre fertile vers laquelle mon angoisse grandissante désire se drainer.
    — Prenez-moi à nouveau pour un con et la prochaine pointe se logera dans votre tête !

Ses paroles hurlantes me font trembler de partout, mais je dois impérativement répondre, tentant de faire abstraction des signes de détresses dont mon corps me harcèle et en utilisant les croyances plutôt que la science pour me justifier.
    — Monseigneur, un diplôme de l'université Élite atteste que ma voix porte en elle la magie du dieu Morphey. Je peux donc multiplier la productivité de ceux qui m'entendent. Je vous en conjure, regardez les champs. En une journée cette famille a accompli les besognes d'une demi-semaine et, soyez-en témoin, même leur aîné en perte d'autonomie devient capable de garder le rythme sous ma tutelle. Ce n'était pas un divertissement, mais un puissant sortilège musical rendant leurs faux aussi légère que... le vent... Je me révèle sans défense, je n'oserais jamais vous mentir.
    — Le vent...

Ses mots se prononcèrent d'une tonalité si douce, que si mon oreille de Barde n’étais pas si fiable,  j'aurais cru qu'ils furent énoncés par un tiers. Rassurons-nous de cet apaisement et attendons la suite de sa phrase.
    — Vous marquez un point crucial. Ce vieux sénile s'avère bien trop âgé pour travailler promptement. Cette bouche en moins à nourrir représenterait une bénédiction pour sa parentèle, la moins rentable de la seigneurie. Et maintenant je sais pourquoi grâce à vous.


Mon coeur s'écrase dans ma poitrine au point de devenir la peau d'un tambour que mes côtes frappent à un rythme grandissant. Je pressens... une autre flèche décochée, celle-ci n'est pas en ma direction, mais mon instinct de survie s'est enclenché malgré tout. La vivacité de ma gnosie s'est amplifiée, je parviens à percevoir mon environnement d'une précision stupéfiante, jusqu'au souffle des chevaux que je ne vois guère encore. Je crois même que la vitesse de ma pensée surpasse actuellement celle du temps. Une tige ornée de sa pointe plane vers le vieillard pour se loger exactement entre ses deux poumons. Je ressens cette douleur avec lui : le métal froid pénétrant ma chair, munie d'une sensation de pincement traversant le corps de façon si poignante qu'elle m'instaure le besoin de vérifier que mon torse reste bel et bien inaltéré. Je souhaite aider ce pauvre homme, mais un mouvement de ma part pourrait être mal interprété. Ironiquement, je dois demander à l'assassin de me laisser sauver sa victime.

    — Messire, permettez-moi de soigner ce malheureux.

    — Soigner ? Votre musique saurait-elle concevoir des morts-vivants ?

    — Magistère, cette femme est sans doute une macrale déguisée en barde. Tuons-la avant qu'elle nous ensorcelle tout comme vos paysans et cessons de perdre notre temps.

    — Et alors ? Je maîtrise moi-même la sorcellerie sans m'en cacher... L'éliminer serait absolument contre-productif. Vous souvenez-vous, fier abruti, du banquet prodigué demain soir ? Mes bardes, non pas qu'ils manquent de talents, se révèlent assurément moins agréables à contempler... Cela dit, j'admets son idiotie. Comment peut-on soigner une flèche dans le coeur ?

    — Répondez, Barde !

    — Les actes valent mille phrases, laissez-moi sauver ce malheureux.

    — Essayez, il s'avérera distrayant d'écouter son agonie et votre angoisse escalader le crescendo d'un choeur de tourments insoutenables dont je suis chef d'orchestre ! Si vous devenez lasse d'amplifier ses souffrances, faites-moi signe et j'aurai la bonté d'y mettre un terme.


Une telle insensibilité, comment est-ce possible ? Pourquoi tant de haine ? Mauvais moment pour y songer, agissons rapidement puisque mon secourisme Élite se situe au troisième rang. L'homme à quatre pattes ne se risque pas à enlever le projectile. Très bien, il lui restera du sang le temps que j'accoure vers lui. Il vient même de repousser son petit fils qui tentait de l'approcher et la mère en larmes le somme de reculer en lui tirant un bras.


J'y suis... J'ai peur de déchirer son vêtement et pourtant, il le faut. Mon âme pourra-t-elle supporter la vue de la plaie à réparer ? Cela déterminera des chances de survie de ce pauvre bougre. Puis-je le masquer ? Si je portais un loup cristallin de vision nocturne, bien que nous soyons en après-midi, je ne pourrais pas distinguer les couleurs. Cela deviendrait moins traumatisant. Sortons donc cet équipement avant d'écharper la toile de jute qui habille le paysan. En cours d'acte, rassurons cet homme et sa famille en donnant les indications.

    — Contrôlez votre respiration, prenez les plus petites bouffées d'air possibles et ne gonflez qu'au niveau du ventre. Cessez d'avaler votre salive, laissez-la couler au sol. Si vous sentez du liquide remonter, crachez-le. Restez dans cette position. Je m'occupe de vous, tout ira bien. J'ai besoin de deux personnes parmi vous, pour le retenir s'il tombe inconscient. Ne touchez pas le projectile, aidez votre aîné à conserver sa posture actuelle. Ah oui... gardez tous silence, je dois me concentrer.


Voilà, j'ai sorti tout mon matériel. Enfilons le masque et les gants d'écailles. Il serait préférable de découper une fenêtre dans son chandail pour minimiser ma perception de la présence d'une blessure humaine. Imaginons que je soigne un tronc d'arbre. Une flèche est plantée dans une plante ligneuse, alors Maive, aucune raison de paniquer. Les végétaux ressentent vraisemblablement la douleur, puisqu'ils dégagent une odeur spécifique à l'attaque reçue pour obtenir le secours d’insectes alliés. Appliquons donc une huile anesthésiante à un centimètre tout autour de la plaie... l'écorchure... Ouf, j'ai failli y songer. Concentration Maive.


Je dois quérir l'un des projectiles au sol pour calculer la quantité sécuritaire de dissolvant et de gelée symbiotique nécessaire pour la reconstruction des tissus orga... eee, botaniques ? Ça n'a aucun sens cette pensée, mais je tiens le coup. En voilà un, essuyons la terre sur mon pantalon... un peu plus... encore... parfait. Par réflexe, j'avais déjà situé l'accès à ma maison portable au niveau des appareils trop gros pour être sortis, je peux facilement entrer la flèche dans le mesureur de masse. D'accord, il me reste suffisamment de bases pour la préparation. Je dois déplacer mon masque une seconde pour voir la composition détectée.


L'instrument prend une teinte noire luminescente, ça signifie qu'il décèle la présence de pur alliage divin. Quel fou peut bien décider d'utiliser des projectiles d'une telle valeur ? Je devrai sûrement lui rembourser celle que je m'apprête à désagréger... Par contre, cela complique l'intervention, seul le "sang" de la "déesse" Katrina parvient à détruire cet amalgame, un liquide d'un montant dix fois plus élevé. Pour ajouter à la complexité, je me retrouve devant l'inconnu concernant les interactions possibles ; personne sur la Terre des Trois n'avait la folie d'user ce métal pour ses pointes de flèches avant aujourd'hui. Le moins risqué consiste à lier une goutte d'esprit de Katrina dans la gelée symbiotique, une autre dans le dissolvant et d'attendre avant d'adjoindre le tout. Prenons le temps de mesurer les interactions pour me garder de transformer cet homme en Impis. Il s'avérerait monstrueux qu'il tue sa famille en devenant l'une de ces créatures du chaos. Cette précaution rallongera la durée de convalescence, mais ça demeure nécessaire.


Alors que mes mélanges reposent, pausons une poire de drain pour éviter qu'il se noie dans sa sève. Mon couteau Élite sectionnera la tige de bois qui dépasse de... l'écorce, de mon patient ; le plier pour le refermer sur la tige provoquera une coupe nette, sans risque d’aggraver la blessure...


Voici le moment d'implanter les tuteurs cérébraux appropriés. Chaque fois que j'ai ces aiguilles en main, je revois le professeur nous expliquer que tous les traitements médicaux du peuple Élite se concentrent sur le cerveau puisqu'il régit les "engrenages" du corps.

    — Kossé vous faites a’ec ces épingles-la ? Rentrez-y pas ça dans tête, vous allez ach’ver mon père !

    — Double-croche ! J'ai failli les échapper... C'est pour ça que j'ai demandé silence. J'effectue actuellement du secourisme de la race Élite, ces tiges servent à obtenir ou transmettre des informations... entre autres pour que le cerveau apprenne à gérer les médicaments. Détendez-vous, je ne l'empirai pas, si rien n'est fait, il mourra. Je maîtrise mon métier, je ne prends pas votre parent pour un cobaye.


Voilà ! La première aiguille est positionnée... Aucune inquiétude, pour l'avoir subie, je connais l'absence de douleur. La deuxième maintenant. Bon, il s'est évanoui... ça va, ils le retiennent bien, même s'ils tremblent d'angoisse. Ils le pleurent en présumant son décès, mais dans tous contextes confondus, la différence entre la vie, la survie et la mort se révèle plus complexe qu'il n'y paraît. La poire est remplie de ce qui était cumulé avant sa pose, vidons-la au sol. J'ai failli oublier une question cruciale avant de mesurer les doses... Si je mets trop de dissolvant, les minéraux essentiels de son organisme seront pulvérisés. A contrario, des corps étrangers présents seraient démantelés en premier et la destruction de la flèche demeurera alors incomplète. Causant par conséquent une possible migration de masse restante.

    — Votre aîné vit-il avec des fragments de métaux ou de roches à l'intérieur de lui, provenant d'une ancienne blessure ?


Je n'entends pas de réponse. Que se passe-t-il ? Ho... Ils hochent la tête de gauche à droite. Diminuons les risques en utilisant mon ambre à répartition progressive et ajoutons un troisième tuteur à son cerveau pour régir cette médication. Ça fait mal au coeur, en plus d'être long à produire, j’en ai qu’un seul. Vidons la poire avant qu'elle ne tombe d'elle-même et se contamine sur le sol. Sans oublier bien sûr de prendre les quelques gouttes requises pour le test d'interaction. Par contre, je ne croyais pas nécessaire de sortir des microparchemins de contrôle. Quelques-uns traînent près de mes outils de mesures, le premier doit être imbibé de  sang... sève, le deuxième du mélange de dissolvant et le troisième de celui de gelée symbiotique. Il faut attendre le changement chromatique des parchemins selon le liquide attribué, en déplaçant à nouveau mon masque, pour bien voir... Ce moment me paraît interminable. Allez, plus vite... Bon, finalement, tout est normal pour l'instant. Empilons-les pour confirmer si les trois s'échangent leurs fluides correctement.


L'expectation semble éternelle... enfin, la teinte commence à s'estomper, un prélude positif. Si tout est parfait, deux des trois tests retrouveront leur apparence initiale sous l'absorption du troisième. Excellent ! Me voici fin prête à incorporer le tout officiellement et à en badigeonner la blessure... la... la... bref, je me comprends, inutile de trouver un mot précis pour agir, moins j'y réfléchis, mieux c'est. Remettons ce camoufleur de couleurs. Je me sens tout à fait ridicule avec ce masque, me concentrer sur ce fait m'aidera à préserver mon calme. Évitons de songer à la garde seigneuriale. Brillante pensée, bravo Maive...


Mes pinceaux médicaux ne survivront pas à cette mixture. Durant que la solution mijote, imbibons l'ambre de colle organique pour s'assurer qu'elle tienne bien dans le nombril jusqu'à la dissolution complète des matières étrangères pouvant encombrer mon patient. Ce produit liant m'étonnera toujours, sa fusion contre la peau crée un stupéfiant point de passage pour l'échange des fluides. Sans parler du rôle de son tuteur cérébral, l'expulsant dès que ce partage devient néfaste pour le corps. Et dire que les secouristes ne peuvent même pas imaginer les capacités des médecins et chirurgiens Élites... Surtout en comparaison avec les pratiques humaines barbares consistant principalement à amputer des membres avec une scie brûlante. Ho, je me sens mal, je n'aurais pas dû penser ça. Ma vue tourne, mais maintenant que l'ambre est posé, une profonde inspiration réglera le problème.


Bon, je suis tenue de m'y remettre, son influence se déclenchera dans cinq minutes, il faut avoir fini l'autre part du travail au risque que l’ambre se dégrade trop rapidement. Débusquons un pinceau en fil de diamantines, il blessera légèrement... l'écorce du patient, mais l'outil résistera à l'action du sang de Katrina et celui du dissolvant pour métaux. Voilà, commençons l'application... après avoir enlevé la poire, bien entendu. Mystérieux liquide que celui de cette déesse : un fluide couleur lumière aux effets secondaires différents selon les sentiments qui l'habitent lorsqu'il lui est retiré. S'il lui est pris de force, il devient alors le poison le plus mortel que l'on puisse imaginer. La dématérialisation fonctionne, j'en suis soulagée. Ce qui se désagrège tombe au sol, avec beaucoup de... sèves. Pas d'inquiétude, la gelée symbiotique régénérera bientôt les tissus. Très dangereuse mixture, si mal dosée, elle peut facilement créer un monstre. Elle est habituellement réservée aux secouristes de premier ou deuxième métier. J'estime ma chance qu'on ait ajouté cette formation à mes atouts dans un souci diplomatique entre nos deux races.


Voici l'attente de la restauration complète du patient avant de le réanimer. Woh! Admirer cette action en temps réel, le bouillonnement dans la cavité et l'éviction des particules s'avère tout à fait stupéfiants. La perception des... branches se reconnectant les unes aux autres se révèle absolument ! ... Dégueulasse. J'ai envie de gerber, car je sais très bien que ce sont des veines. Encore un petit effort, il en reste peu à appliquer. Non, non, non... ma salive commence à s'épaissir. Ins-pi-ra-tion, len-te... Plus que quelques coups de pinceau, Maive, ne flanche pas maintenant. Terminé ! Ark, j'ai la bouche pleine, ça doit sortir tout de suite. Évacuation achevée... Parlons, question d'aider à réprimer les spasmes réflexes de mon estomac.

    — À présent, posez-le sur le dos, à l'écart de mon... dégât. Une fois réveillé, il devra demeurer deux semaines en convalescence. Ne tentez jamais de lui retirer les aiguilles et la masse dans son nombril.


Une nouvelle éruption digestive s'émancipe. Quelle douleur atroce, me donnant l'impression de passer dans une essoreuse à rouleaux. Ouf, continuons ma phrase en les talonnant loin de cette bouillasse avant que sa vue ou son odeur n'en provoque une autre.

    — Cette dernière tombera d'elle-même lorsqu'il sera complètement guéri. Il se pourrait d'ailleurs que votre aîné devienne plus en forme qu'auparavant. Et... éloignez-vous de lui, la prochaine étape représente un danger pour les êtres bien-portants.


Mince, même les enfants ont réussi à observer la scène sans gerber, quelle honte... Oublions ça et préparons les billes à pulsations tout en rangeant le masque. Déposons la soucoupe de résine sur le socle vis-à-vis son coeur. Ensuite, plaçons les sphères dans leur sillon respectif... Et de une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit... Parons-nous mentalement à lancer la rotation de la neuvième qui activera la rotation de toutes les autres. C'est délicat, je devrai rapidement déguerpir pour éviter une décharge. Bon, c'est parti ! Reculons ! La poussée suffira-t-elle pour déclencher la réaction en chaîne ? Je perçois le début de l'accélération des billes, le magnétisme accomplit sa fonction. Je repère quelques minuscules éclairs qui s'accentuent et s’accumulent dans la soucoupe en l'enrobant de racines lumineuses. Une contemplation à la fois effrayante et magnifique. Observons les paysans pour m'assurer que personne ne panique. Ils semblent hypnotisés par la lumière... Parfait. Je n'ose toujours pas scruter la garde locale derrière moi. Je ne suis pas prête à affronter leurs regards, mais il le faudra bien assez tôt.


L'assiette est presque pleine, elle évacuera bientôt cette énergie dans la poitrine de cet homme grâce au socle. J'aurais tant aimé connaître le fondement de cette étape, mais trop d'informations impertinentes alourdissent les études. AH! UN BRUIT ! Ouf... même si je sais que ça arrive, je sursaute à chaque transfert. Les billes sont maintenant collées sur les rebords tel que prévu, la vérification du succès de l'opération devient donc sécuritaire. Que révèle son poignet gauche ? Le coeur bat lentement, sans arythmie, ni palpitations. Remuons ce petit flacon sous son nez...

    — Bon sang quessé ça !

    — Économisez vos forces. Ne communiquez que l'essentiel et ne tentez pas de retirer le moindre... ajout à votre corps.

    — Qu'est-ce que ça veut dire ? Avec quoi m'avez-vous mixé, in chien ? In cheval ?

    — Le secourisme se situe bien loin de la sorcellerie. Nous implantons des médicaments plutôt que des parts d'animaux, dans le nombril et le cuir chevelu.

    — Y va m'pousser des ch’veux ? C'était-tu  nécessaire  ?

    — Non, je...

    — ASSEZ !


Oups, le seigneur paraît visiblement en manque d'attention. Je dois tout de suite reconnaître mon absence de... discernement. En le nommant pour flatter son égo, cela lui montrera que j'ai entendu parler de lui. Levons-nous d'abord du sol pour se tourner vers lui en conservant une inclinaison suffisante à renforcer la politesse sans tomber dans la soumission de l'agenouillement.

    — Mille excuses, Messire Einon, vous avez entièrement raison, je materne beaucoup trop le blessé.

    — Impressionnant tout ça, mais combien de temps survivra-t-il après une telle intervention ?

    — J'ai bien peur que le seul moyen de le savoir soit que vous le laissiez vivre et mourir de lui-même.

    — Une réponse tout à fait pernicieuse, Barde.

    — Équivalente à votre question, Seigneur.


Aucune réaction, pas même un rire ou un raillement... Le délai convient pour redresser mon regard et faire face à ces individus. Peut-être attend-il justement le contact visuel pour poursuivre. Holà... de l'équipement de guerre ! Un clignement d'oeil suffit pour constater qu'ils sont mieux cuirassés et entraînés que les soldats du roi, comment est-ce possible ? Mais... quadruple croche ! Ils sont complètement recouverts d'alliage divin !

    — Vous semblez... stupéfaite, Barde.

    — Je... je n'avais jamais admiré de si... belles armures sur toute la Terre des Trois. Ce noir miroitant, comme de la pierre volcanique, demeure facile à identifier. Ce métal, à peine coulé, reste... inaltérable. Vos forgerons ont dû passer un temps fou à concevoir des moules si précis pour les plaques de vos gardes, aux détails ahurissants. Je me retrouve en incapacité totale, de figurer comment ils ont réussi votre magnifique casque et votre cotte de mailles. Sans mentionner la quantité incroyable de sève de l'Arbre-Dieu nécessaire à l'alliage...

    — Bien que l'utilisation du sang de l'Arbre-Déesse s'avère une rumeur, votre savoir m'étonne. Cela dit, votre voix tremble... fillasse. Auriez-vous quelques CONFESSIONS, à faire ?


Une minute : cette tonalité, sarcastique... annonce une question piège. Manifestement, il prévoit d'autres excuses... Je marche sur des oeufs, le moindre faux pas lui fera perdre son calme, mais ses attentes constituent un mystère. Laisser planer un trop long silence pourrait être déplacé, répondons quelque chose de... neutre.

    — La plus jeune châtellenie du royaume, entre les mains d'une telle troupe, me pousse soudainement à craindre mon manque d'étude de ses lois non documentées.

    — Exactement la raison LOGIQUE pour laquelle consulter un représentant juridique, s'assurant minimalement que les visiteurs sont autorisés à exercer leurs métiers.

    — Soit Monseigneur, mais, je n'ai demandé aucune rémunération, pas même le couvert. Mon seul désir consistait à soutenir de pauvres gens dans le besoin et leur rendement ne saurait vous déplaire puisque votre part sera bonifiée.

    — J'admets alors n'avoir aucune motivation légale pour vous arrêter, mais... voyez-vous, vous avez vraiment sabré ma journée.


J'ai peine à percevoir ses yeux briller sous sa coiffe métallique ornée de mailles, difficile donc de compléter sa phrase par son langage non verbal. Démontrons de l'intérêt pour cettedite journée.

    — J'eus cru que vous m'aviez croisée par hasard... Je m'avère insuffisamment intimidante pour qu'un noble se déplace lui-même avec sa garde rapprochée seulement pour interrompre l'humble barde que je suis.

    — J'eus d'abord écho de vos activités, j'envoyai, l'une après l'autre, cinq troupes, CINQ ! Toutes rentrées au bercail sans posséder la capacité mentale... de mettre un terme à vos réjouissances. De votre seule voix, vous avez mobilisé la presque totalité de mes effectifs humains. Il semblerait par conséquent que votre... prestance... se révèle plus grande que vous l'imaginiez, l'Artiste. Et je crains que le blé coupé demeure insuffisant pour compenser la honte inspirée par cette bande d'eunuques attardés.


Aïe... Il somme sa monture d'avancer vers moi, dévoilant progressivement les détails sur son casque ressemblant à des broderies dorées. De semblables ornements arborent aussi ses gantelets et les rebords de sa cotte. Sa troupe reste immobile ; sûrement attend-elle que des ordres lui soient assignés. Mais son regard se maintient cabré sur moi.

    — Ramassez vos impedimenta, Barde.

    — Tout de suite Messire.


Plaçons ma bourse vis-à-vis la section fourre-tout de ma maison portable pour y balancer le contenu le plus vite possible. Einon est dangereusement proche et continue pourtant sa route. Il paraît amorcer une rotation autour de moi, m'analysant sous toutes mes coutures de ses deux yeux bleu vif au reflet verdâtre, dpendurant que je procède.

    — Les légendaires espaces de rangement Élites. Mettez-y vos bottes.

    — Mes bottes Monseigneur ? Mais comment me déplacerai-je ?


Son corps semble substituer sa voix pour répondre. Il a redressé son arc et installé une flèche qu'il pointe vers les paysans. Mon souffle s'effrite, il faut m'empresser d'acquiescer à sa requête.

    — Bien entendu, messire, puisque c’est demandé si gentiment...

    — Elle comprend vite la mignonne, ne trouvez-vous point messieurs ?


Ses gardes invoquent approximativement le même rire sournois que celui des Adorateurs du Roi de la Seigneurie Royale. Avec ou sans ces cris de hyènes, difficile d'apprécier un compliment inséré dans ce contexte. Les évènements me dépassent... Alors que je suis en train de clore ma bourse pour la remettre tel un collier à mon cou, il continue sa procession autour de moi, me fixant de son regard suffisant. Attend-il que je m'exprime ou souhaite-t-il simplement m'étourdir ? Ho... Il s'est arrêté brusquement. J'entends le cuir de la selle grincer durant qu'il rabat sa grande cape. Visiblement, il s'apprête à descendre.


Nous semblons nous observer mutuellement, silencieusement. Sans doute essayons-nous de lire le langage non verbal de l'autre. Les deux pieds sur terre, il s’avance. Il est à peine plus grand que moi mais mon malaise grandit vis-à-vis sa démarche lente et irrégulière. Il scrute particulièrement ma taille tout en amorçant une nouvelle ronde. J'en ai du mal à respirer promptement, j'ignore ce qu'il cherche, mais ça ne m'inspire rien de bon. Ou plutôt, probablement que je m'efforce à ne pas y songer. J'aurais mieux fait d'écouter les conseils de tous et rester le plus loin possible de cet abominable domaine. J'entends un immense souffle derrière moi, il se prépare potentiellement à crier.

    — Uthman, approchez !

    — Tout de suite, Magistère.


D'où provient cet étrange titre à caractère religieux qu'utilisent ses hommes pour le nommer ? Le seigneur vient de finir la procession de ma circonférence, il fait un pas vers le soldat qu'il a convoqué, se tournant donc dos à moi. Je n'oserais dire quoi que ce soit, préférant attendre un moment plus opportun.

    — Débarrassez-moi de cet équipement superflu, la donzelle s'avère visiblement sans arme et profane à la magie de guerre.


Le serviteur tend les bras en guise de réponse et Einon soulève son casque. Pour l'instant, je ne vois qu'une imposante masse chevelue remontée dans un foulard, sans doute pour l'empêcher de coincer dans les travers de l'armure. Tout en confiant sa coiffe, il laisse glisser ses mains hors de ses gantelets. Il semble prêt à retirer le tissu, qu'il commence effectivement à détacher... De l'angle où je me situe, il paraît y enfoncer sa figure ; étant donné la canicule et l'exagération d'arsenal, peut-être essuie-t-il de la sueur. Sa cape semble si épaisse, je comprends qu'il devienne agressif, vêtu comme tel. J'ai maintenant un aperçu trois quarts arrière de sa façade camouflée de cette pâle tignasse aux reflets multiples. D’où cette impression de déjà-vu me provient-elle ? Sa coupe dégradée met en valeur de magnifiques teintes dorées, sables et cuivres formant quelques vagues d’une texture prononcée. Une pareille chevelure sur un Être atroce se transforme en ignoble gaspillage esthétique confirmant qu’il est bel et bien un sorcier.


Une étrange angoisse s'insuffle en mon âme au cours de son pivotement vers moi... NON ! Un psycho-choc m'a propulsée au sol, telle une explosion émanant de son visage. Impossible, je dois rêver... Chacun de ses traits esquissent l'homme sinistre que j'avais dessiné peu après mon incarnation. Le fruit de mon imagination se tient debout, devant moi, évoquant mes craintes les plus profondes, secrètes et mystérieuses. Mon stupide réflexe d'essayer de reculer m'a fait ridiculement glisser sur le revers de ma cape coincée sous mes propres fesses. Le Seigneur en approche affiche un air profondément embêté par mon comportement. Si j'étais moins perceptive de son malaise, je ne perdrais point le contrôle de ma respiration.

    — Les demoiselles réagissent toujours vivement lorsque je retire mon casque. Mais c'est la première fois que l'on ait davantage peur de moi sans lui. J'estime cela embarrassant, voire humiliant.


Il faut que je me calme et que je réponde, il faut que je me calme, il le faut, tout de suite... Mais que m'arrive-t-il ? Je demeure enchaînée dans son regard, où je ne vois pas que sa vanité et sa colère, mais aussi une détresse équivalente à la mienne. Des tourments se transformant chez moi en terreur inconcevable et pour lui en rage brutale. C'est lui... l'ennemi provenant d'une existence antérieure dont Fram me parlait. Mais pourquoi ? Personne ne désire s'opposer à mon mode de vie, pas même les Adorateurs du Roi. Alors, que s'est-il produit jadis pour que nous en soyons rendu là ?


Alors que je divaguais dans mes pensées, il a continué d'avancer. Posant maintenant un pied chaque côté de mes genoux, il m'observe. L'attente de ma réponse parsème lentement son visage colérique sous un filet mélancolique. N'évoquons surtout pas cet antécédent commun ; souhaitant sublimer l'emprise du passé, j’espère que sa mémoire daigne égarer cette souffrance. Mais, je dois trouver une raison réaliste expliquant ma panique sans avoir le temps d'y réfléchir.

    — Dans une vision... Je vous ai... vu, tuer beaucoup de gens.

    — Dons de divination ? Il m'arrive effectivement de mettre fin à de nombreuses existences futiles, mais seules l'incompétence et la rébellion devraient craindre mes armes. Ce qui se révèle loin de votre cas, Barde.


Il tend sa main vers moi avec l'espoir sans doute que j'oublie le monstre derrière cette politesse soudaine dont je demeure incapable de me figurer l'objectif. Faisons-lui comprendre que ses paroles n'effacent pas ses actes.

    — Je ressens la souffrance de quiconque telle que la mienne, Seigneur.

    — Fait étrange, sans nul doute, j'étais persuadée que vous diriez cela. Aurais-je une certaine prescience vous concernant ?


J'exècre cette réplique, ainsi que le sourire mesquin qui l'accompagne... et encore plus le déplacement de son corps vers moi, pliant un genou au sol. Mes yeux s'emplissent d'eau. Leur écarquillement pour saisir le moindre de ses gestes provoque quelques gouttes qui s'échappent le long de mon visage. Il semble qu'il observe ma poitrine et s'y oriente avec l'une de ses mains furtives. Mon souffle meurt, car il plonge ses doigts dans mon décolleté et la peur m'empêche de réagir. Je sens le cuir de ma bourse s'en glisser, tenue entre deux de ses imposantes jointures.

    — Je vous confisque ceci, jusqu'au remboursement de votre dette. Bien entendu, cela signifie aussi que vous devez nous suivre. La route sera longue et vous êtes déchaussée, désignez l'un des cavaliers de la troupe pour vous escorter.


C'est un piège ! Comment puis-je répliquer pour esquiver son gain de cause ? Enfin, je ne vois que l'option de lui expliquer le non-choix qui m'étrangle, quoi qu'il le sache très bien.

    — Vous êtes absolument fallacieux, il n'y a aucune place sur les chevaux de vos gardes !

    — Donc ? J'attends que vous exprimiez clairement votre décret !

    — Je n'apprécie guère être traitée comme un instrument de musique sur lequel l'on joue la mélodie qui nous plaît.

    — Réponse incorrecte… Souvenez-vous que chaque minute dilapidé devra être dédommagée.

    — J'estime que cette vile moquerie à mon égard devrait davantage contribuer au remboursement qu'à la dette.

    — Votre point de vue s'avère... intéressant. Mais, c'est moi le chef d'orchestre ici, pas vous. Alors, dites-nous, Barde, avec lequel d'entre nous souhaitez-vous faire le voyage ? Soyez le plus précis possible, que l'on saisisse bien votre préférence.


Vaut-il mieux agir selon son désir ? Ou de le confronter jusqu'à ce qu’il... décide probablement de me couper en deux. Que deviendra mon existence, dans un cas, comme dans l'autre ? J'ai l'impression de tomber dans un gouffre sans fin.

    — Je dois admettre que l'expression sur votre visage vaut davantage que l'attente de la réponse, Barde.


Mes hésitations le stimulent autant que ses gains de cause... Je me sens comme enfermée dans un cercueil. Il m'obligera à le dire, soit en menaçant les paysans, ou même en les tuant. Je suis forcée de céder. Aller, bon, je me lance, ce n'est qu'une phrase, rien de si terrible...

    — Je choisis de chevaucher avec vous, Messire Einon.

    — Bien ! Nous progressons !


Je soupçonne la préméditation de cette tournure ambiguë. Je serais probablement mieux d'en faire fi et de le talonner en silence vers son destrier. Ses soldats me regardent comme s’ils me jetaient le blâme : leurs yeux accusateurs et méfiants me harcèlent sans timidité. Je présume que l'intérêt qui me tenaille constitue un comportement inhabituel de leur Seigneur... Quelle faute m'attribue-t-on ? Mon existence représente-t-elle un crime en soi ? Je n'avais pas réalisé que mon métier incluait des "risques" et je ne comprends pas que l'on m'en considère responsable. Il grimpe d'abord sur sa monture, il désire donc me faire la honte de projeter sur moi un libre arbitre chimérique.


Il tend son bras, mais je me débrouillerai seule ; réduisons les contacts avec cet individu au minimum possible. C'est faisable, puisqu'il a pris soin de sortir le pied de son étrier pour que je puisse y glisser le mien. Mais réfléchissons d’abord, car sans chaussures je pourrais me blesser. Détachons ma cape pour l'utiliser sous ma plante. Cet enrobage suffira. Étant donné son armure compacte, sa selle contient suffisamment d'espace pour moi. Cependant, je préfère me positionner derrière celle-ci, au niveau du tissu épais qui dépasse, la bête ressentira à peine ma légèreté. Bon, je suis prête à m'élancer d'un bond agile, en conservant une part de ma cape en main pour la hisser une fois montée. Hop... parfait, replaçons mon vêtement et je pourrai me tenir sur l'armature de la selle plutôt que sur lui. J'ai le pressentiment qu'il commentera mon agissement après avoir fini son rire mesquin.

    — Débrouillarde, orgueilleuse et autonome, elle me plaît bien l'Artiste.


Me taire deviendra préférable... Chuuuute Maive, ne lui dis pas ta façon de penser. Même que... évite d'y réfléchir, pour te préserver de ton impulsivité verbale. Le cheval commence à avancer et je crains de glisser, balayons donc sa cape pour mieux m'agripper. Mais, cette texture, comment a-t-il pu ?

    — C'est en crin d’Élite, comment l'avez-vous acquise ?

    — Je l'ai confisquée sous refus d'obtempérer. Cette occurrence manquait-elle à vos visions ?


Il a... tué un Élite... pour un vêtement. Possiblement un de mes amis ! J'ai peine à contenir mes larmes. Et malgré ma gorge nouée, j'aimerais savoir qui je dois pleurer.

    — Co... comment... s'ap... s'appelait-il ?

    — Vous croyez que je souhaite connaître leur nom avant de les achever ? En fait si, chacun d'eux. Ça sonnait étrangement, quelques syllabes ressemblant à hétéroclite...

    — Héméolite, porté disparu depuis une demie-année... Vous avez froidement assassiné l'un de mes professeurs pour lui voler un bien qu'il a lui-même tissé avec sa propre chevelure.

    — Haaaa ! Élucidant ainsi pourquoi il refusait de me la vendre !

    — Les Impis possèdent au moins l'excuse d'avoir l'incapacité de comprendre ce qu'ils font lorsqu'ils détruisent tout sur leur passage, pas vous.

    — Ne mésusez pas de votre amusante répartie, distrayante, mais... dangereuse.

    — Dans un duel verbal, en employant une arme, vous violez les règles.

    — Ha ! J'écrirai une loi me le permettant et que pourrez-vous y faire ? Rien ! Vous n'êtes qu'un divertissement après tout !


Quel culot ! Évitons de lui laisser le dernier mot, mais sans encourager la montée de tension. Optons pour quelque chose de... neutre.

    — Bien, enlevez-moi mon droit de parole et je retournerai chez les Élites pour y enseigner la musique.

    — N'y comptez pas, j'ai autant l'autorité de vous retirer cette liberté s'il me plaît.

    — Et si j'offrais mes services à Sa Majesté pour vous échapper ?

    — Essayez toujours... le souverain n'en a que pour Maive.

    — Tout Barde possédant son diplôme s'avère tout aussi compétent qu'elle.

    — N'en faites pas une affaire personnelle, cela dit, il n'existe qu'une seule Maive et elle surpasse chaque humain des univers. Le roi planifie jusqu'à la faire épouser son fils.

    — Je la connais suffisamment pour dire qu'elle n'en sera pas ravie.

    — Ho, mais... ce n’est un secret pour personne. Puisqu'elle juge plus sévèrement les gens de pouvoir que les rebuts sociaux, il devra se montrer parfait sous tous ses angles. Le défi ne le rebutera point, j'en suis persuadé. Maive étant déjà prise, je pourrais considérer une femme telle que vous en guise de substitut.

    — Pas même dans vos songes.

    — Hé bien, nous irons dans les vôtres alors !


C'est ainsi que l'on parle de moi du côté de la noblesse... Et que recèle donc l'allusion qui suivait ? Ha oui, c'est un foutu sorcier, il l'a avoué lui-même ! S'il pense pouvoir me contraindre à rêver de lui alors que Fram, le supposé "dieu" de la sorcellerie lui-même l’a laissé tomber... Disons que, je n'ai rien à craindre à ce niveau. Devrais-je répliquer ? Clôturons la conversation.

    — Nous verrons bien.

    — Absolument ! Pour une fois que nous sommes d'accord !


Je réalise qu'il bavasse plus que moi, ça me semblait impossible. Mais tout ceci ne change point l'inquiétude à venir... concernant ledit château vers lequel nous procédons. Bien que son absence règne à l'horizon, il faut songer à régler le problème dès maintenant. M'en fais-je pour rien à propos de ma claustrophobie ? Cette seigneurie s'avère la plus jeune du royaume. Probablement qu'Einon demeure dans une de ces grandes résidences de bois, ornées de multiples fenêtres, en attendant la fin de la construction d’une architecture de pierres. Aussi, j'ai bien réussi à entrer dans de gigantesques catacombes. Bon, de peine et de misère, attisée par une curiosité immense, guidée par quelqu'un de plus agréable et rassurée par un puits de lumière... Juste au cas, j'utiliserai ce voyage pour méditer au fait qu'aucune contrainte physique ne surpasse celles de l'âme...


* * *


La suite ici : www.parrecrivains.com/#projets…
L'eveil du gouffre
Roman complet disponible à la vente sur un site d'aide aux écrivains de la relève : www.parrecrivains.com/#projets…

Note : Le roman complet contient des passages érotiques, mais pas l'extrait.

Mise-à-jour : 2017-03-31 :
J'ai ajouté le reste du premier chapitre pour donner un meilleur ton du roman complet
Loading...
Je cherche des auteurs de la relève pour rejoindre un site Web d'entraide littéraire.

Si tu le souhaite, je t'ajouterai sur la liste des écrivains qui seront intégrés avant la fin de la programmation des fonctions d'autopublication et tu pourras recevoir des dons, vendre ton contenu ou autre. Le projet est vraiment axé sur les besoins des auteurs.

Tu peux te promener sur mon profil pour plus de détail ou visiter le site en question : www.parrecrivains.com/

www.parrecrivains.com

Tous les auteurs sont bienvenus sur ce site Web d'aide à la relève littéraire, à condition qu'ils soient honnêtes et respectueux.

Le site parrecrivains sert à assembler les auteurs et lecteurs afin de corriger la plupart des lacunes actuelles de l'édition. Le projet est progressif, les “profits” financeront toujours la programmation des options futures.

Je n'espère aucun profit personnel, j'ai créé le site dans l'objectif de financer de meilleurs outils pour écrivains, car je souhaite les utiliser aussi. L'auteur reçoit 45% sans avoir à investir d'argent, ce qui est plus avantageux que les autres sites web de vente. Mes propres textes sont pour l'instant à 100% dédiés au financement du site, et lorsqu'il sera bien établi, je me situerai au même pourcentage que les autres.

Seul, chaque auteur  ne peut régler les problèmes tel que celui de devoir débourser de l'argent pour imprimer des textes à envoyer par colis à 20 éditeurs dans l'espoir d'avoir une réponse 6 mois plus tard... Mais en groupe, nous pouvons faire évoluer le système de sélection des auteurs. De plus, quand les écrivains sont refusés, ils ont souvent recours à un service d'édition coûteux et/ou au sociofinancement. Ensuite ils doivent trouver un correcteur, illustrateur, parfois un traducteur et faire la distribution eux-mêmes. Sur le site parrecrivains, je souhaite que l'on puisse tout trouver au même endroit en travaillant ensemble pour tout regrouper.

La première étape est de relier les écrivains et les lecteurs, pour attirer les intervenants du monde de l'édition vers les moyens d'avenir. Le projet n'est pas "à moi",  il est a ceux qui l'utilisent, je suis seulement celle qui avait le temps de faire la recherche et les plans. En bref, les mots clefs sont rassemblement, prévente, sociofinancement, entraide, implication du public.

Pour l'instant, je dois ajouter chaque texte dans le code à la main. La programmation des options d'autopublication avancera plus vite lorsque je pourrai couvrir les dépenses de travail de mon programmeur.

J'espère avoir bien répondu à vos questions. J'essaie d'être le plus disponible que possible pour ajouter du contenu au site. Bien entendu, plus le contenu est bien préparé, plus je peux l'ajouter rapidement. Voici donc un document aidant les auteurs à préparer leurs oeuvres pour qu’elles soient plus faciles à intégrer d'ici la programmation des fonctions automatisées.
Extrait de contenu sur mon site Web
Le plus récent projet littéraire ajouté sur le Site Web. 54 pages de rimes inspirées de l'amour. Disponible à la vente dès maintenant sur un site Web qui vient en aide aux écrivains de la relève
www.parrecrivains.com
 

Édition numérique des textes d'un recueil de poésie apparenté à une longue lettre d'amour, imprimé  jadis en collaboration avec les Presses du Cégep de Drummondville à la suite du concours de création littéraire en 1999. (54 pages)
OBJECTIFS

- À 25 ventes, parrecrivains améliorera sans frais la mise en page
- À 50 ventes, parrecrivains fournira une page couverture
- À 100 ventes, nous convertirons le document en pdf et ebook
- À 200 ventes, des illustrations seront ajoutées par parrecrivains
- L'auteur recevra les royautés habituelles en plus de notre aide 
Aidez-nous à soutenir cet écrivain de la relève diplômé.


Jimmy Liberge Pro 

Loading...
UNE SECTION, QUATRES OBJECTIFS
Dans mon site Web de soutien à la relève littéraire, j'ai créé une section de lectures gratuites permettant :
- De promouvoir un portfolio attirant des lecteurs potentiels
- De recevoir des contributions volontaires ou du financement participatif
- De fournir des lectures de qualités pour les lecteurs à faibles revenus
- De participer à l’alphabétisation et la promotion de la langue française

www.parrecrivains.com/#gratuit
Loading...

Comments


Add a Comment:
 
:iconmaemoryan:
Maemoryan Featured By Owner Jun 15, 2016  Hobbyist
Merci beaucoup pour le watch! ^^ très apprécié!
Reply
:iconmaivecl:
MaiveCL Featured By Owner Jun 20, 2016
Merci d'être passé me voir :-)
Reply
:iconblack-ladybird:
black-ladybird Featured By Owner Feb 10, 2016
Merci pour le :llama: :hug:
Reply
:iconmaivecl:
MaiveCL Featured By Owner Feb 10, 2016
De rien, merci pour la visite :-)
Reply
:iconfukoba:
Fukoba Featured By Owner Feb 9, 2016  Student Artist
Bonjour/Bonsoir !

Merci pour le lama, c'est vraiment sympa ! ^^

Et mes excuses de t'écrire que maintenant alors que tu me l'as remis le 28 Décembre 2015...
Je tiens alors à te remercier pour ton soutien !

Je souhaiterais, si tu as du temps libre, de te parler d'un projet sous scénario personnel que j'ai écrit et dont je continue d'avancer. Mais avançant en solitaire, je ressens de moins en moins la force de continuer l'écriture... Et c'est justement ce que je ne veux pas faire !

Je veux l'avancer le plus loin possible. Mais j'ai de plus en plus de mal à continuer en ce moment...

Si tu as du temps disponible ou si tu es (peut-être) intéressé, cela ne me dérangera pas de te donner quelque information à ce sujet =) (en lien avec mes dessins qui concerne mon scénario écrit ^^)

Bonne continuation et peut-être à bientôt !
Reply
:iconmaivecl:
MaiveCL Featured By Owner Feb 10, 2016
En fait je travaille sur un projet de plateforme Web pour aider les écrivains. Alors que je suis seule pour faire le travail de 5 personnes, les gens me demandent souvent de ''travailler pour eux''... Il ne comprennent pas facilement que je travaille déjà pour eux en créant les outils dont ils ont besoin plutôt qu'en fournissant mon aide à chacun d'eux individuellement. Plusieurs m'ont même proposer de m'aider, en me demandant de corriger et publier LEURS textes en numérique et papier...

Je ne vois pas comment c'est censé m'aider à leur fournir les outils dont ils ont besoin pour faire cette étape par eux-même, surtout que pour aider tout le monde collectivement, je n'ai même pas encore fait ces étapes pour moi-même, j'utiliserai les outils que je désire créer pour tout le monde lorsqu'ils seront prêts.

Cela dit, ce projet vise entre-autres à aider les gens comme toi qui voudraient travailler à plusieurs sur un texte, puisqu'il est possible de donner ou vendre des accès à des documents numériques protégés contre le téléchargement et la copie. On peut aussi donner le droit aux gens de faire des commentaires dans les marges du texte. Je t'envois le lien, tu me diras ce que tu en penses. J'améliore très régulièrement le site suite aux commentaires (lorsque possible), mais je ne peux pas programmer les fonctions avancées qui nécessitent du financement (on peut dire que mes programmeurs sont bénévoles, mais ils ont des factures d'entreprises à payer durant qu'ils programment pour moi) : www.parrecrivains.com/
(Le financement ce fait par les commandites, les achats des livres déjà présents dans les projets ou le parrainage.)
J'ai aussi lancée une campagne de socio-financement sur Haricot : www.haricot.ca/project/parrecr…
N'hésite pas si tu as des questions :-)
Reply
:iconfukoba:
Fukoba Featured By Owner Feb 13, 2016  Student Artist
Bonjour/Bonsoir Maive,

D'abord, je vous remercie d'avoir prit le temps de lire mon commentaire, je vous en suis reconnaissant.

Il est vrai que de nos jours, les demandes se font de plus en plus sur divers sujet en fonction des personnes... Mais sur certaine situation comme les droits d'auteurs pour, justement, éviter tout vol d'œuvres créé par ces personnes, les conditions de travail peuvent être (de mon point de vue) vraiment surchargés...

Ce qui bien évidemment rend le travail difficile... Bien que je continue d'avancer mon projet seul, je ressens tout de même une gène peu glorieuse en lien avec mes capacités : Vouloir mentalement n'est pas toujours (en fonction des personnes) ce que l'on veut une fois sur place...
Entre-autres : on souhaite vraiment réussir et allez toujours plus loin dans ce que l'on aime faire qui, avec le temps, peut devenir ce que l'on veut faire. Mais au moment où on s'aperçoit du changement sur ce que l'on pensait réussir, on peut voir cette différence qui, pour beaucoup d'individu, le ressente comme étant un obstacle vraiment difficile à maintenir...

Dans mon cas : J'ai de l'imagination sur plusieurs histoires imaginaires, j'ai des idées qui se développent avec le temps petit à petit. Mais mes capacités de création sont assez difficile à ce développer... Par exemple : La vitesse de création pour chaque chapitre (j'ai du mal à écrire beaucoup en peu de temps...), la compréhension des détails sur les décors et les lieux d'actions (je décris pas assez les détails des paysages ou de l'environnement sur le lieu concerné...), l'orthographe " non automatique " (j'écris le(s) scénario(s), mais je vois et remarque des fautes d'orthographe que en relisant plusieurs fois mes textes...).

Ce qui fait déjà des difficultés pour bien développer ces caractéristiques. Et surtout, ce qui ne faut pas oublier, c'est qu'il ne s'agisse que de moi sur ces obstacles. Chacun à ses propres obstacles, ses limites, ses façons d'agir, ses analyses, ses capacités plus ou moins développés sur telles ou telles actions et j'en passe...
Ce qui rend également les observations et les façons de travailler différentes pour chaque personnes.
Il y a, bien entendu, des points communs qui regroupent plusieurs personnes dans différent cas. Mais un point commun de plusieurs personnes, ne définira pas forcément qu'ils feront ou qu'ils réagiront tous de la même manière, car on est et sera toujours différent de tout le monde.
Dans la façon de faire des gens, ainsi que les différent organismes humains.

Mes excuses, il est vrai que je m'éloigne du sujet principal mais... : Tout ça pour dire qu'en fonction des personnes, les choix et leurs actions peuvent être tous différent. Et c'est ça qui est vraiment difficile à analyser et à accepter... Pour beaucoup de personne. Plusieurs peuvent le voir, mais beaucoup ne veulent pas le reconnaitre. C'est ce qui rend également la vie difficile pour chaque personne...

Sur-ce, je reviens sur votre message que vous m'avez répondu précédemment, je regarderais avec attention et intérêt vos deux liens que vous m'avez transmis.
Je vous informerais également si j'ai des questions qui me viendront avec le temps.

Merci pour votre soutien, je vous souhaite une bonne continuation.
Reply
:iconmaivecl:
MaiveCL Featured By Owner Feb 15, 2016
Tout ce que tu décris, sont des motivations parmi tant qui m'ont poussées à créer ce projet de plateforme littéraire :-)
Reply
:iconnakouwolf:
Nakouwolf Featured By Owner Jan 14, 2016  Hobbyist General Artist
Merci pour le lama, je t'en envoie un également ;)
Et comme MVDD, bonne année, en effet! x)
Reply
:iconmaivecl:
MaiveCL Featured By Owner Jan 16, 2016
Merci ! Vive les Llamas !
Reply
Add a Comment: